A qui s’adresse t’elle ?

Accessible à tous

La méditation de pleine conscience est accessible à tous les enfants, adolescents et adultes recherchant un mode de fonctionnement tourné vers le mieux-être au quotidien.

Lorsque vous ressentez certaines difficultés physiques/psychiques comme indiquées ci-dessous, cette pratique peut vous être d’autant plus profitable :

  • États anxieux (anxiété, stress)
  • Humeur déprimée chronique (prévention des épisodes dépressifs récurrents)
  • Troubles du sommeil (insomnies)
  • Réactions anxio-dépressives face à une maladie chronique invalidante (cancer, sida, douleurs chroniques, fibromyalgie, fatigue chronique, hypertension, eczéma, acouphènes…) 
  • Difficultés à gérer l’impulsivité (accès de colère, crises de boulimie, hyperactivité physique)
  • Difficultés à lâcher-prise/sortir du perfectionnisme excessif

Bienfaits

La méditation apporte de nombreux bénéfices avec une pratique régulière :

  • Réduction du stress/de l’anxiété
  • Connaissance approfondie de son fonctionnement favorisant la prise de recul/l’inhibition vis-à-vis des automatismes de pensées/d’agir
  • Amélioration de la régulation des émotions pour (re)trouver choix et liberté dans sa réactivité au quotidien
  • Amélioration de certaines capacités mentales (attention, flexibilité cognitive, créativité, perception des sensations corporelles) pour gagner en clarté d’esprit/efficacité
  • Outil d’observation et de mise à distance des douleurs/souffrances
  • Approche favorisant l’engagement dans des actions en lien avec ses valeurs

Idées reçues et contre-indications

La méditation pleine conscience n’est pas « une baguette magique » effaçant les problèmes ou un outil permettant de faire le vide et de ne plus penser. De par l’engagement nécessaire en temps de pratique et en ressources attentionnelles, si vous traversez actuellement certaines difficultés comme indiquées ci-dessous, cette pratique pourrait alors être contre indiquée : 

  • Dépression en phase aiguë
  • Troubles de l’attention
  • Attaques de panique récurrentes 
  • Trouble bipolaire ou psychotique non stabilisé
  • Pertes de contact avec la réalité (hallucinations, délires)
  • États dissociatifs ou psychologiques aigus (abus physiques, émotionnels ou sexuels) 
  • Hyperactivité physique incontrôlable (agitation motrice extrême)
  • Dépendance massive à une substance psychoactive (alcool, cannabis, calmants…)

Attention : il ne s’agit pas de dire que vous ne pourrez jamais pratiquer la méditation. Mais si vous voulez en tirer des bienfaits, il est important de choisir cette pratique à un moment adapté pour votre bien-être physique/psychologique. Si vous êtes dans le doute, n’hésitez pas à me contacter pour en discuter ensemble.